Des fromages pour s’évader cet été!

Cet été, on est nombreux à avoir entendu l’appel du grand air! Au moment de partir à l’aventure sur les routes ou les rivières du Québec, ou les sentiers de ses forêts ou de ses montagnes, on ne manque pas de glisser un fromage d’ici dans notre glacière ou notre sacoche de vélo! Odile Dumais, auteure de La gastronomie en plein air et spécialiste en nutrition sportive, rappelle qu’il s’agit d’un aliment riche en protéines, en vitamines et en minéraux, principalement le calcium. Qu’on l’inclue dans notre pique-nique ou qu’on le grignote en collation, le fromage accompagne bien n’importe quel type d’excursion!

Le Zéphyr, le Alfred Le Fermier, le Valbert… Lorsqu’il est question de fromages à déguster en randonnée ou en camping, Odile Dumais ne manque pas de suggestions! Pour une escapade en nature, elle conseille de privilégier les pâtes fermes, comme les Cheddars d’ici ou les Parmesans d’ici, qui contiennent moins d’eau et sont donc plus protéinées. Ces variétés se conservent avec un simple icepack et ne risquent pas de changer de texture ou de fondre au fond de notre sac à dos!

En randonnée

Qu’on envisage de grimper le mont Mégantic ou de faire le tour du lac Saint-Jean à vélo, on commence la journée par un copieux déjeuner (pas trop gras afin que notre digestion ne nuise pas à nos ambitions!). Comme menu matinal, Odile Dumais propose une simple omelette ou des crêpes de sarrasin garnies de La Tomme de Monsieur Séguin ou de la Tomme de Grosse-Île. Le lactose contenu dans le fromage jumelé aux autres glucides (incluant celui du sirop d’érable!) nous donnera l’énergie nécessaire pour engloutir le nombre de kilomètres qu’on s’est fixé!

Cette randonneuse aguerrie ne part pas sans plusieurs « vivres de course » qui permettent de combler les petits creux qui peuvent se présenter alors qu’on est en train de marcher, de grimper ou de pagayer. Il s’agit de collations que l’on grignote tout au long de notre excursion, comme des fromages en grains ou en portions individuelles, des fruits ou des boules d’énergie.

Si on compte pique-niquer au gré du paysage, elle suggère de prévoir un repas frais et protéiné, comme une salade de quinoa ou de melon et feta (un rafraîchissant duo qui nous gardera hydratés!). Son conseil pour les amateurs de canot : placer la nourriture (les fromages inclus!) dans la cale de l’embarcation, où elle restera à la température de l’eau.

En camping

Quelques jours avant de prendre la clé des champs, on prévoit les menus pour notre séjour et on optimise le contenu de notre glacière :

  • On prépare certains aliments (par exemple, on coupe les légumes, on râpe le fromage ou on emballe les portions désirées dans du papier ciré afin de mieux les conserver).

  • On cuisine des plats qui se réchauffent bien (comme un chili ou une sauce à spaghetti) et on les congèle (afin de transporter un minimum de icepacks).

  • On prévoit tout juste la bonne quantité d’ingrédients (on laisse le pot de moutarde et de ketchup dans le frigo et on opte plutôt pour des petits contenants).

Parmi les délices qui se cuisinent bien en plein air, Odile Dumais apprécie particulièrement la raclette qu’elle prépare avec des pommes de terre nouvelles et une pâte semi-ferme (comme la Raclette de Compton, la Raclette des Appalaches, le Pikauba).

Synonymes de soirée autour du feu, les fromages à griller (comme le Doré-Mi, le Haloumi Le Bedoin et l’Anobli) font fondre de plaisir! On les chauffe dans un poêle en fonte (vélo-campeur ou canot-campeur s’abstenir!) ou sur une grille recouverte de papier aluminium et on les accompagne d’une salade verte.

Pour dessert, on peut aussi se régaler d’un brie fondant qu’on emballe de papier d’aluminium et qu’on laisse fondre environ 15 minutes directement dans la braise ou sur une pierre bien chaude. Odile Dumais suggère d’accompagner le tout de craquelins ou de croûtons et d’un vin de glace québécois!

Puisqu’il y a d’autres (féroces) gourmands dans nos forêts, on prend soin de ne pas apporter de nourriture dans sa tente pour éviter les visites importunes!

On découvre les fromagers d’ici

Qu’on soit en vélo ou en voiture, on profite de notre escapade sur les routes du Québec pour faire un détour dans les fromageries d’ici. Au Saguenay–Lac-Saint-Jean, la Fromagerie Lehmann se trouve à quelques coups de pédale de la Véloroute des Bleuets. En Estrie, les fromageries La Station et Nouvelle France sont le parfait prétexte pour une balade dans cette bucolique région. Puisque le Québec compte de nombreux amateurs de fromage, on prend soin de réserver avant notre visite.