Tout savoir sur la présure dans le fromage et ses substituts

Connaissez-vous la recette pour faire un bon fromage d’ici? Il faut du lait de qualité, du savoir-faire, une grosse dose de passion, des bactéries lactiques et quelques gouttes de… présure. La présure est un coagulant du lait d’origine animale extrait de la caillette (le quatrième estomac) de jeunes ruminants non sevrés. En fait, plusieurs fromages sont fabriqués à partir de cette substance qui transforme le lait en fromage en le faisant cailler.

Concrètement, quel rôle joue la présure? Lors de la macération des caillettes, deux enzymes coagulantes sont extraites : la chymosine et la pepsine. La première enzyme, la chymosine, a pour fonction de déstabiliser la caséine (protéine du lait), ce qui provoque la coagulation du lait, c’est-à-dire qui le fait cailler. Grâce à cette action chimique, le fromager arrive à transformer le lait en fromage! La seconde enzyme, la pepsine, continue la dégradation des protéines lors de l’affinage des fromages, ce qui contribue au développement de leurs textures et goûts spécifiques.

Existe-t-il des substituts?

Quand on parle de présure, on renvoie directement à la présure animale. Certains fromagers indiquent que leurs produits sont faits à base de présure végétale, ce qui signifie que la présure, dans la recette de leur fromage, est remplacée par une enzyme végétale qui fait coaguler le lait. Au-delà des questions de vocabulaire, oui, il existe bel et bien des substituts à la présure animale.

Tout d’abord, on retrouve dans la nature des coagulants d’origine végétale dont la cyprosine, seule enzyme coagulante végétale approuvée au Canada. La cyprosine est extraite du pistil de la fleur de cardon. On trouve aussi des coagulants microbiens dont l’enzyme est issue, par exemple, de la fermentation par des champignons. Ces coagulants sont beaucoup plus utilisés que les coagulants végétaux.

Comment choisir le type de présure?

Il existe donc une foule d’enzymes, de toutes origines, capables de coaguler le lait. Qu’est-ce qui justifie qu’on opte pour le végétal plutôt que l’animal ou le microbien? Plusieurs raisons expliquent qu’un fromager choisisse un coagulant d’origine végétale. Par exemple, il peut suivre une tradition fromagère ancestrale. Il peut aussi vouloir répondre aux demandes des consommateurs végétariens. Cependant, le choix du coagulant a un impact majeur sur les qualités organoleptiques du fromage; c’est souvent le premier critère que considérera le fromager. D’autre part, la présure animale et certains coagulants d’origine fermentaire permettent d’obtenir un meilleur rendement fromager, plus compétitif.

Comment savoir quel type de coagulant est présent dans un fromage?

Au Québec, les règles d’étiquetage exigent que l’enzyme coagulante utilisée dans la fabrication d’un fromage soit indiquée et que sa nature soit précisée. Notez que le terme « présure » est exclusivement réservé à l’enzyme extraite de la caillette du veau ou de l’estomac de l’agneau ou du chevreau.