Comment satisfaire son envie de fromage pendant la grossesse?

Alcool, charcuteries, sushis... Plusieurs aliments doivent être retirés du menu pendant la grossesse. Mais bonne nouvelle: il existe plusieurs fromages savoureux et sans risques pour la maman et le bébé à venir. Alors, inutile de bouder vos fromages préférés!

Lorsqu’on devient enceinte, devoir se passer soudainement de certains fromages peut tenir du compromis un brin frustrant... Heureusement, il ne suffit que d’une cuisson pour pouvoir succomber à son envie en toute quiétude. En effet, strictement tous les fromages sont sécuritaires à consommer durant la grossesse s’ils ont été cuits et que leur température interne a atteint minimalement 74 degrés Celsius durant la cuisson.

À éviter ou à savourer?

S’ils sont faits de lait pasteurisé, tous les fromages à pâte ferme sont, eux aussi, sans danger. Cela inclut notamment le Cheddar d’ici, le Gouda d’ici, le Suisse d’ici, le Mozzarella ferme d’ici et le Parmesan d’ici. De même, les fromages frais se vendant en contenants hermétiques (cottage, ricotta, quark, à la crème, fondu) conviennent tout autant – à l’exception du mozzarella frais.

En revanche, il vaut mieux éviter les fromages au lait cru ou non pasteurisé, à pâte molle, à croûte fleurie (c’est-à-dire blanche, comme celle du camembert) ou encore à pâte persillée (les fromages bleus, qui présentent des traces de moisissure).

Stéphanie Côté, nutritionniste chez Extenso, le centre de référence en nutrition de l’Université de Montréal, et auteure du livre Grossesse: 21 jours de menus, dans la collection « Savoir quoi manger » (Éditions Modus Vivendi), explique: «Même s’ils sont faits de lait pasteurisé, certains fromages à pâte molle ou semi-ferme ont un taux élevé d’humidité et sont peu acides, ce qui en fait des milieux favorables à la croissance de bactéries.» Or, les bactéries et parasites présents dans certains aliments (comme les fromages, mais aussi les charcuteries, les poissons crus, les œufs crus, les fromages au lait cru, ou encore la luzerne) peuvent entraîner une infection (listériose ou toxoplasmose) à la mère ou au fœtus, dont les défenses immunitaires sont faibles. Ce qui, ultimement, pourrait causer une fausse couche ou encore une malformation à l’enfant. Heureusement, à force d’éducation et de sensibilisation faites auprès des futurs parents, de telles complications sont devenues très rares!

Pas de panique!

Quoi faire si on réalise qu’on a mangé par erreur un fromage considéré à risque? «Nul besoin de paniquer, souligne Stéphanie Côté. On peut le mentionner à son médecin si on le voit dans les jours qui suivent. Sinon, il vaut mieux demeurer alerte à l’apparition de symptômes comme la fièvre, les douleurs musculaires et articulaires et les problèmes digestifs. Ça nous permettra de réagir rapidement en cas de réelle infection.»

Il existe tout un monde de fromages satisfaisants et sans danger pour les femmes enceintes. Ainsi, plutôt que de considérer la grossesse comme une période de privation, abordons-la comme une occasion de les goûter et de les cuisiner. Après tout, ils sont remplis de bonnes choses (vitamines, calcium, protéines, etc.) qui profiteront tant à la future mère qu’à son enfant!